Une hernie discale peut expliquer votre mal de dos. Intimement reliée à votre colonne vertébrale, nous souhaitons vous donner un maximum d’informations pour que vous puissiez trouver des solutions à vos maux.

Nous avons donc décidé de vous permettre de comprendre le fonctionnement de la colonne vertébrale, puis de comprendre la hernie discale, comment l’expliquer, comment la soigner et la soulager.

Comprendre la colonne vertébrale:

Comment fonctionne la colonne vertébrale ?

La colonne vertébrale se compose de différentes vertèbres osseux qui s’alignent les uns en dessous des autres pour former la courbure de votre dos. Ces vertèbres sont traversés par les nerfs, qui ont pour objectif de passer l’information de votre cerveau vers toutes les parties de votre corps. Mais leur fonctionnement ne serait rien sans la présence de disques intervertébraux.

comment-fonctionne-colonne-vertebrale

Qu’est-ce qu’un disque intervertébral ? 

Il est composé de deux parties : la partie centrale de consistance gélatineuse, appelée “noyau pulpeux”, et une enveloppe fibreuse qui le maintient en place et qui est appelée “anneau ou enveloppe fibreuse”.

L’anneau fibreux est plus épais dans la partie antérieure du disque, ce qui rend la paroi postérieure plus fragile. C’est pourquoi, la plupart du temps, l’anneau se brise, provoquant une hernie discale, par derrière.

À quoi servent les disques intervertébraux ?

Pour donner de la souplesse à votre tronc, des disques intervertébraux sont présents, comme son nom l’indique entre les vertèbres. Ils ont le rôle d’amortisseur entre les différentes vertèbres et éviter qu’ils puissent se toucher, se ronger et s’abîmer. 

Ces disques sont donc sous pression, en permanence et peuvent s’affaiblir, s’affaiblir ou se rompt. C’est à ce moment qu’une hernie discale intervient. 

Qu’est-ce qu’une hernie discale ?

La hernie discale intervient lorsque le disque intervertébral sort de sa position initiale. Elle fait irruption et ce disque peut alors exercer une pression sur les nerfs voisins. Elle est d’ailleurs étroitement liée aux cas de sciatique. S’en suit alors un mal de dos particulièrement aiguë.

hernie discale

En général, elle se situe au niveau du bas du dos, mais elle peut également prendre effet au niveau de la nuque, zone appelé les cervicales.

Quels sont les symptômes de la hernie discale ?

Certains des signes et symptômes les plus courants d’une hernie discale sont :

  • Douleur dans les bras ou les jambes 

Si la hernie discale se trouve dans le bas du dos, vous ressentirez habituellement une douleur plus intense dans les fesses, les cuisses et les mollets. Elle peut aussi toucher une partie du pied. 

Si la hernie discale se trouve dans le cou, la douleur sera généralement plus intense dans les épaules et les bras. Cette douleur peut jaillir dans les bras ou les jambes lorsque vous toussez, éternuez ou elle peut s’étendre dans la colonne vertébrale dans certaines positions.

  • Engourdissement ou picotements 

Les personnes qui ont une hernie discale ressentent généralement un engourdissement ou des picotements dans la partie du corps qui se nourrit des nerfs affectés.

  • Faiblesse

Les muscles qui se nourrissent des nerfs affectés ont tendance à s’affaiblir. Cela peut vous faire trébucher ou affecter votre capacité à soulever ou à tenir des objets.

Vous pouvez aussi avoir une hernie discale sans le savoir : parfois, des hernies discales apparaissent sur les images rachidiennes de personnes qui n’ont pas les symptômes d’un problème discal.

Quels sont les facteurs de risque possibles de la hernie discale ?

Certains des facteurs qui augmentent votre risque d’avoir une hernie discale sont :

  • Votre corpulence : L’excès de poids exerce une pression supplémentaire sur les disques dans le bas du dos.
  • Votre activité professionnelle, votre profession

Les personnes qui font un travail physiquement exigeant sont plus à risque de souffrir de maux de dos. Les gestes répétitifs qui consistent à soulever, tirer ou pousser des objets, à se pencher latéralement ou à tourner le corps peuvent également augmenter le risque de hernie discale.

  • Votre ADN, la génétique : Certaines personnes héritent d’une certaine prédisposition à une hernie discale.

Comment soulager et soigner et traiter la douleur de la hernie discale ?

Il y a un certain nombre de mesures que vous pouvez prendre pour traiter une hernie discale.

Médicaments : Votre médecin peut vous recommander des analgésiques en vente libre comme l’acétaminophène (Tylenol) ou l’ibuprofène (Advil). En retour, il peut prescrire des analgésiques, comme un narcotique, pour soulager la douleur intense. On peut aussi vous donner des relaxants musculaires pour aider à soulager les spasmes musculaires qui peuvent augmenter la douleur.

Physiothérapie : Certains exercices peuvent être utiles en cas de hernie discale. Le but de l’exercice est de renforcer les muscles du dos et de l’estomac. Ceci soulagera la pression sur le disque et le rendra moins douloureux. Renseignez-vous auprès de votre médecin sur les exercices pour le dos. Votre médecin voudra peut-être que vous consultiez un physiothérapeute pour vous renseigner sur les exercices sécuritaires pour le dos.

Injections de stéroïdes : Si les médicaments et la physiothérapie n’aident pas, votre médecin peut vous suggérer des injections de stéroïdes. Ce sont des injections de stéroïdes faites directement dans la colonne vertébrale. Les stéroïdes réduisent l’inflammation autour du disque et peuvent diminuer la douleur. Parfois, une seule injection suffit. Ils sont souvent administrés en une série d’injections sur une quinzaine de jours. Ces injections peuvent apporter un soulagement pendant des semaines ou des mois à la fois.

Chirurgie : Si rien n’aide à soulager votre douleur, votre médecin voudra peut-être vous opérer. Il enlèvera tout ou partie du disque endommagé afin qu’il n’exerce plus de pression sur le nerf.

Traitement à domicile – Vous pouvez également pratiquer de bons soins à domicile pour traiter votre disque. Une bonne posture peut aider le dos en réduisant la pression sur le disque. Concentrez-vous sur le fait de vous tenir droit, de vous asseoir droit et de soulever le dos droit. Suivez ces conseils pour faire ce que vous pouvez pour soulager vos symptômes : 

  • Pliez les genoux et les hanches lorsque vous soulevez des objets et gardez le dos droit.
  • Tenez un objet près de votre corps lorsque vous le transportez.
  • Si vous restez debout longtemps, placez un pied sur un petit tabouret ou une boîte pendant un certain temps.
  • Si vous restez assis longtemps, posez vos pieds sur un petit tabouret pour que vos genoux soient plus hauts que vos hanches.
  • Ne portez pas de chaussures à talons hauts.
  • Ne dormez pas sur le ventre.

Comment prévenir les problèmes de hernie discale ?

Pour éviter la hernie discale, vous devez :

  • Faire de l’exercice : Le renforcement des muscles du dos et abdominaux aide à stabiliser et à soutenir la colonne vertébrale. Aussi, si vous restez assis toute la journée, levez-vous et marchez toutes les heures.
  • Maintenez une bonne posture : Une bonne posture réduit la pression sur la colonne vertébrale et les disques. 

Gardez le dos droit et aligné, surtout lorsque vous restez assis longtemps. Lorsque vous soulevez des objets lourds, faites-le de la bonne façon : avec vos jambes, pas avec votre dos.

  • Maintenir un poids santé : L’excès de poids exerce plus de pression sur la colonne vertébrale et les disques, ce qui les rend plus susceptibles d’avoir une hernie.
  • Évitez les mouvements répétitifs : C’est ce qui entraîne bien souvent la position particulière du disque intervertébral.

Quand consulter votre médecin ?

Vous devez consulter un médecin si la douleur au cou ou au dos se déplace vers les bras ou les jambes ou est accompagnée d’engourdissement, de picotements ou de faiblesse.

Le syndrome de la “queue de cheval” peut représenter de possibles complications. Vous devez appeler urgemment votre médecin au plus vite si vous ressentez : 

L’aggravation des symptômes 

La douleur, l’engourdissement ou la faiblesse peuvent augmenter au point où vous ne pouvez plus faire vos activités quotidiennes habituelles.

Le dysfonctionnement vésicale ou intestinale. 

Les personnes atteintes du syndrome de la queue de cheval peuvent avoir de l’incontinence ou de la difficulté à uriner, même avec une vessie pleine.

L’anesthésie de la selle

Cette perte progressive de sensation affecte les zones qui toucheraient une selle : l’intérieur des cuisses, l’arrière des jambes et la zone autour du rectum. Si vous ne ressentez plus le besoin d’uriner ou de faire vos besoins. 

Ce syndrome pourra être repéré par le biais d’un scanner, d’une radio ou d’un IRM.